Place république par laurent Agathe


texte précédent du thème - texte chansons suivant




Place République



Ce soir j'ai froid, prostré dans mon canapé,

je n'ose pas y croire , je crois halluciner

au vu des résultats du nord et en paca,

les chiffres glacent le sang,

comme la tuerie au Bataclan.



A quoi bon s'indigner place de la république,

les yeux ensanglantés, l'air déconfit, confus et triste,

en se donnant la main, la larme à l'œil, égocentrique,

et voter pour un rien la croix gammée de l'Antéchrist ?



Si on choisit en vain une alternance faite de venin,

j'ai envie de vomir la fleur de lys et la cocarde,

le chant des partisans n'a plus de sens aux citoyens,

il y perd la raison de ce poison qui nous bombarde.



Il pleut des pétales fanés,

les pas de bottes retentissent,

la rose se meurt assassinée

au son de cloche devant l'abysse.



Ce soir j'ai froid dans le dos,

la tête dans du coton, abasourdi,

je suis un pion dans cette chienlit,

j'me sens trahi par mes potos.



A quoi bon s'indigner place de la république,

les yeux ensanglantés, l'air déconfit, confus et triste,

en se donnant la main, la larme à l'œil, égocentrique,

et voter pour un rien la croix gammée de l'Antéchrist.



Il pleut des pétales fanées,

les pas de bottes retentissent,

la rose se meurt assassinée

au son de cloche devant l'abysse.



Il n'y à pas d'excuses, c'est une haute trahison,

car seul l'amour diffuse une révolte à l'unisson.



laurent Agathe

- commentaires :


Ajouter votre avis

Le site : Accueil - CONTACT