L'INCISION par Maylin Jean-Pierre


texte précédent du thème - texte chansons suivant


La lame du rasoir qui se promène sur ma peau,
À la recherche de ce qui pourrait guérir l’hématome,
Soulager ce qui, dans ma tête, est prêt à exploser.
La lame du rasoir qui se promène sur ma peau
S’enfonce en elle quand je ne peux dire mes souffrances
Pour que s’extirpe de mon sang ce qui l’empoisonne,
Suppure le poison qui coule dans mes veines pour que ne me brûle plus.

Tailler dans les bras, tailler dans la peau !

Inciser Avant que se consume de l’intérieur la rage que j’enferme,
Besoin de cette lame de rasoir qui taille avant que je n’explose,
Coule la colère rouge de mon impuissance à ne pouvoir rien changer aux choses,
Marque ma chair pour que ne disparaisse la trace de ce quelle à subi,
Que ne s’efface ce que mon corps et ma tête ont dû supporter dans le silence.

Tailler dans les bras, tailler dans la peau !

Besoin de voir le sang, mon sang, comme pour dire
« Regarde ce qu’ils ont fait, jamais je n’oublierai. »
Peur de le montrer, comme tout ce qui ce cache sous mes habits,
M’enfermer dans un minuscule petit trou pour que personne ne m’y remarque,
Peur de ce regard qui s’arrête sur moi !
Signe d’une tornade qui va m’emporter dans un tourbillon ou je n’ai plus pied,
Dilapidé par ces vents d’apocalypse qui me déshabillent, me secouent avant de me jeter au sol,
Meurtrière cavalcade où le cavalier me cravache et me harnache, sans le moindre scrupule.

Tailler dans les bras, tailler dans la peau !

Quand enfant je subissais la loi de ces géants faits de chair,
Sous leurs feux me consumait la rage impuissante à me défendre,
Ne me reste plus qu’à cacher les incisions de mes avant-bras
Sous des mensonges qui pillent mes souffrances lacérées.
Elles, au moins, se voient, montrent ma chair ouverte d’une cicatrice qui ne se referme pas,
Moi, je ne peux la dire, plus que je ne la comprends pas.
Je l’incise sur mes bras, comme pour donner un sens, donner une raison à mes souffrances,
Tout ce que je sais, c’est que j’en ai besoin,
À l’image de ce que je ne sais exprimer autrement.

Tailler dans les bras, tailler dans la peau !

Besoin que l’on voie dans ma chair la souffrance dans ma tête,
Quant ne peut la montrer, plus que l’on ma dit qu’elle n’existait pas,
Que chacun n’avait que ce qu’il méritait.

Tailler dans les bras, tailler dans la peau !

Et comment faire, plus que personne ne veut savoir ?
Ne me reste plus que le poison qui me brûle de l’intérieur.
Écrire au rasoir le mal que ma tête ne peux et ne sait expliquer,
À la lame de rasoir le signer dans ma propre chair, jusqu’à en saigner,
Et à la lame du rasoir, creuser le sillon dans une recherche vaine,
La gorge en serra-t-elle assez profond ?
Ou finira-t-elle par trancher ma vie
Pour que l’abcès de ma tête se soulage enfin ?

Maylin Jean-Pierre

- commentaires :


Ajouter votre avis

Le site : Accueil - CONTACT

Thème mal-être

Poésie 

Livres 

CDs 
.

savoir


toutes les photos du site.


Etre Auteur Parolier 
ShowBiz français 
Edition : Révolution 
Devenir écrivain 

L'INCISION Maylin Jean-Pierre

En vidéo le texte du jour :
Plus de VIDEOS
Et ABONNEMENT GRATUIT à la chaîne youtube chansons