Youtube - Vidéos - Devenir parolier - Livres
A Y REGARDER DE PRES par Alain GUERIN
texte précédent du thème - texte chansons  suivant




Je continue à me mentir,
J’ai trop la haine de ne rien dire
Les « Robinson » de l’aventure
Me font la gueule par être peu sûrs.
De trop compter les potes qui tombent,
Ma main qui lâche casse la ronde
D’une ribambelle aux fières allures,
ais quand c’est d’trop, y’a rien qui dure.

En naviguant dans les eaux troubles,
L’algue marine épie mon double
L’équivoque de mes tourbillons,
Dans l’éphémère n’sent pas bien bon.
J’finirai ma vie au cachot,
On vit sale derrière les barreaux
A givrer des nuits d’insomnies,
Cà fait très mal à c’qu’on m’a dit.

Mais à y regarder de près,
Sans même le faire exprès
Du niveau de la mer,
C’est fou, ce qu’on voit clair.


Les stigmates d’un mauvais chemin
Au visage pâle et trop repeint,
Peuvent me conduire au bas d’l’autel
De l’amertume pour le mortel.
A me la faire cul et chemise,
La partie ne s’ra jamais remise
Pour tous les clous que j’y enfonce,
Il n’y aura pas cinquante réponses.

Trop lourd le poids de mes fumées,
A faire le speed pour exister
Tous mes cadastres et mauvais plans,
Me mettront un d’ces quatre dedans.
A tout à l’heure, à toute allure,
J’me barre pour mieux faire le mur
Quand j’me la joue à la dégonfle
C’est pas ma vérité qui pionce.

Mais à y regarder de près,
Sans même le faire exprès
Du niveau de la mer,
C’est fou, ce qu’on voit clair.


Des p’t-être bien qu’oui peut-être bien qu’non,
Y’a même des jours j’sais plus mon nom
J’bègue d’avoir une idendité,
J’suis pourtant pas un sans-papiers.
A m’trimballer sur terrains vagues,
Dans mes amours, je cache les bagues
D’fidélité qu’on s’passe aux doigts,
Y’a bien une fois où çà s’saura.

J’suis pas du genre à suer l’maillot,
Mais à m’tirer aux moindres maux.
Dans les effets ou mes annonces,
J’me prends pour l’arc qui fait l’triomphe.
La réclusion naît par nature,
Je moque les doutes de l’envergure
A n’pas poser mes cartes sur table,
Y’a bien un temps où j’s’rai minable.

Mais à y regarder de près,
Sans même le faire exprès
Du niveau de la mer,
C’est fou, ce qu’on voit clair.


Faudra changer mon écriture
Et les photos de ma brochure
Mettre dans le coin d’un vieux placard
Les apparences qui me font, car
J’finirai ma vie au cachot,
A faire le zouave et jouer faux.
Il fait si bon et chaud dehors,
Que çà s’ra con d’changer l’décor.

Car à y regarder de près,
Sans même le faire exprès
Du niveau de la mer,
C’est fou, ce qu’on voit clair.


Car à y regarder de près,
Sans même le faire exprès
Du niveau de la mer,
C’est fou, ce qu’on voit clair.



Alain GUERIN

- commentaires :


Ajouter votre avis

a y regarder de pres alain guerin de trop compter les potes qui tombent,

a y regarder de pres alain guerin de trop compter les potes qui tombent,



Le site - CONTACT

Thème mal-être

Poésie 

Livres 

CDs 
.

Revision site juin 2009.

Commentaires ouverts :

Noter un avis musical


c le livre 4cm


toutes les photos du site.


Etre Auteur Parolier 
ShowBiz français 
Edition : Révolution 
Devenir écrivain 
parolier aux 23 interpretes
Le livre

Un auteur chanté...
En vidéo le texte du jour :
Plus de VIDEOS
Et ABONNEMENT GRATUIT à la chaîne youtube chansons