Youtube - Vidéos - Devenir parolier - Livres
Mot-W par Stéphane Joye
texte précédent du thème - texte chansons  suivant




Pas encore 23 heures, se referment ses doigts
Elle porte son cache-cœur, pour ne pas prendre froid
La nuit en clair-obscur, près de la cathédrale
Ne trouvant pas l’azur, se fanent ses pétales
Elle sèche l’eau de ses cils et son atroce parfum
Réajuste les fils du rêve américain

La porte semble lourde, fixant les métaphores
D’une fatalité sourde et du mal qui dévore
Ses pas se font plus lents, l’approche plus solennelle
L’air déjà moins présent, tête à tête éternel
Si par évidence, elle est proche des ombres
Sous les rares silences, la fleur est moins sombre

Petite fille prostrée près de la nécropole
L’aiguille paraît figée tandis qu’elle s’isole
Lui demander son droit à l’alcool des communs
Pour adjurer le choix d’inventer son destin
Elle se pose, immobile, comme n’attendant plus rien
Noyant d’eaux graciles, les injustices des siens

Accroupie dans la nef, encore se reprendre
S’il doit être bref, le chemin sera tendre
A quoi bon pleurerait-elle si personne n’attend ?
A quoi bon hurlerait-elle quand personne n’entend ?
Alors, elle s’empare des colères qui la saignent
Pour pouvoir tempérer les couleurs qui la peignent

Sous les croisées d’ogives, elle se demande encore
Si de ses dérives, ne naîtra pas de l’or
Alors vouloir mourir sans plaisanter vraiment
Si on ne peut sourire en ayant plus de temps
Même les pièces alentours lui paraissent trop grandes
Submergée par l’amour que son monde demande

Etrangère à elle-même, elle l’appelle pourtant
Et tend en blasphème, sa main en avant
Elle aimerait parfois, se diviser d’un corps
Devenu trop étroit, de tous ses désaccords
Assise près de la croix, ne saura-t-elle jamais
Qu’elle est issue des bois les plus précieux trouvés ?

Elle est de ces présents qu’on ne saurait ouvrir
Elle est de ces diamants qu’il nous faut adoucir
Alors si sa tiédeur masque parfois ses pas
De la plus belle chaleur, elle te protégera

Tandis qu’elle quitte l’hôtel, le sépia de ses yeux
Ne la rend que plus belle, d’un touchant camaïeu
La petit fille native d’un décan oublié
S’en retourne émotive, vers les sons enivrés

En lui prenant la main, je voudrais l’emmener
A l’abri des refrains, à l’écart du sentier
Elle est de ces futurs qu’il nous faut découvrir
Elle est de ces azurs qui refusent de s’offrir

Nous sommes aveugles.


Stéphane Joye

- commentaires :


Ajouter votre avis

mot-w stéphane joye elle sèche l’eau de ses cils et son atroce parfum

mot-w stéphane joye elle sèche l’eau de ses cils et son atroce parfum



Le site - CONTACT

Thème mal-être

Poésie 

Livres 

CDs 
.

Revision site juin 2009.

Commentaires ouverts :

Noter un avis musical


c le livre 4cm


toutes les photos du site.


Etre Auteur Parolier 
ShowBiz français 
Edition : Révolution 
Devenir écrivain 
parolier aux 23 interpretes
Le livre

Un auteur chanté...
En vidéo le texte du jour :
Plus de VIDEOS
Et ABONNEMENT GRATUIT à la chaîne youtube chansons