Youtube - Vidéos - Devenir parolier - Livres
En Rose par Philippe Bailly
texte précédent du thème - texte chansons  suivant



Ces contes que je chantonne sont quelques fois tragiques
La souffrance ordinaire passe très mal en musique
Car le flot violent des images cyniques
A son relais correct : la lucarne magique
L’horrible est-il moins dur quand il passe par le tube
Et l’atroce plus décent entre deux pages de pub ?
La barbarie des hommes, du moins c’est ce que j’en pense
N’est pas plus soutenable enveloppée de nuances
Des mots trop crus parfois, des cris de l’âme sans doutes
Et s’ils vous heurtent, ma foi, ils sont sincères, nuls doutes


Pourquoi devrais-je écrire des chansons pour les sourds ?
Des textes que l’on avale et qui soient pas trop lourds ?
Est-ce que le bouillon froid des cruautés du jour
Nous est souvent servi avec une pointe d’humour ?
Je ne tremperai pas ma plume dans de l’eau parfumée
Pour adoucir la forme de mon âme éraillée
Si mes termes sont plats, ils ne sont que miroir
De ceux qu’on nous balance dans nos foyers le soir
Des mots trop crus parfois, des cris de l’âme sans doutes
Qui pèsent de tout leur poids, sur chacune de nos routes


Les mots que j’utilise sont revendicateurs
Ils ont l’odeur du souffre, du sang et de la sueur
La musique affectée des crooners au grand cœur
J’ai passé l’âge de croire qu’elle adoucit les mœurs
Si c’est être engagé que d’avoir un avis
Ou être démago d’afficher son dépit
Alors c’est vrai je suis un ado attardé
Qui hurle sa révolte pour ne pas suffoquer
Des mots trop crus parfois, des cris de l’âme sans doutes
Et s’ils vous heurtent, ma foi, je m’en tamponne la croûte


Est-ce qu’on met des gants blancs pour parler de détresse ?
Les caméras filment-elles avec délicatesse ?
Ce que m’envoie le monde en travers de la gueule
C’est pas des mots d’amour, des bouquets de glaïeuls
Pensez-vous sincèrement que ces giclées de boue
M’incitent à susurrer un torrent de mots doux ?
Je roucoulerai léger quand le monde ira mieux
Ou bien je chanterai plus car d’autres le font mieux
Des mots trop crus parfois, des cris de l’âme sans doutes
Et s’ils vous heurtent, ma foi, souffrez que je m’en foute

Qui a dit que la prose se doit de voir les choses
Envers et contre tout, en rose ?

Philippe Bailly

- commentaires :


Ajouter votre avis

en rose philippe bailly et l’atroce plus décent entre deux pages de pub ?

la souffrance ordinaire passe très mal en musique

en rose philippe bailly et l’atroce plus décent entre deux pages de pub ?



Le site - CONTACT

Thème Engagé

Poésie 

Livres 

CDs 
.

Revision site juin 2009.

Commentaires ouverts :

Noter un avis musical


  le livre  format numérique 85


toutes les photos du site.


Etre Auteur Parolier 
ShowBiz français 
Edition : Révolution 
Devenir écrivain 
parolier aux 23 interpretes
Le livre

Un auteur chanté...